bandes dessinées romans fantastique vampires
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mille et un vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kim 2
Victime


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Mille et un vampires   Ven 10 Oct - 10:45

Je ne suis pas trés bon pour parler vampires. J'aime écrire sur les vampires mais en parler comme un spécialiste n'est pas ma tasse de thé. Mais je vais essayer toutefois de le faire ici.

Le mythe du vampire.

Personnellement, je ne crois pas aux vampires mais j'ai quelque peu lu à ce propos.

Une des théories liée à la naissance du mythe du vampire vient du cannibalisme. A l'origine, le mythe du vampire serait une évolution de la peur du cannibalisme. Si on considère les premières sociétés humaines, le fait de tuer l'autre pour le manger serait vite devenu une sorte d'interdit. En effet, tuer une personne, c'est priver la communauté de bras donc d'une force de développement (des bras pour chasser etc ...). Cet "interdit" a naturellement dû être transgressé au cours des siècles par certains individus qui agissaient la nuit afin de ne pas être vus des autres. Afin de ne pas attirer les soupçons en tuant des personnes "vivantes" dont l'absence serait remarquée dés le lendemain, ces cannibales nocturnes devaient dévorer de la chair humaine prélevée sur des morts. Le lendemain, les gens des tribus devaient trouver les tombes ouvertes avec des restes de cadavres ou des cadavres ayant disparus et donc se poser des questions. De là naquirent vraisemblablement deux conceptions. La première apparut quand on arrêta les fautifs. Ces cannibales nocturnes donnèrent naissance aux "goules", cannibales nocturnes. La seconde, plus liée à la peur et à la mort, fut celle de "mort-vivant". L'absence de coupable, la peur (tant celle liée à la Mort que celle liée à un phénomène inconnu), les délires de personnes apeurées, le coté "tabou" fascinant inévitablement, ont dû jouer dans la création du mythe du "mort-vivant".

Avec le temps, la conception du "mort-vivant" a évolué, certaines civilisations/religions influençant plus le mythe que d'autres. Ainsi à l'époque antique, pour tuer un mort-vivant, il fallait lui enfoncer un clou dans la tête. Plus tard, cela évolua en pieu dans le coeur etc ... La notion de clou restant un temps puis disparaissant petit à petit. Quand apparut vraiment le terme "vampire" ? C'est assez difficile à dire. Ce mot devait sûrement au début être un synonyme de "mort-vivant" puis il acquis au fil des siècles une signification particulière. Il est à noter que longtemps, les vampires fut vu par l'Eglise comme des démons. Cette dernière influença sans aucun doute involontairement la création de la fameuse eau bénite, tueuse de mort vivants. La peur des animaux féroces et plus particulièrement celle du loup, apporta sa pierre à l'édifice du mythe vampirique, dotant le mort-vivant de crocs. Le mythe évolua donc au fil de l'évolution de la société s'influençant probablement d'autres mythes (On peut se demander si le coté "immortalité" et "pacte" avec des démons que l'on retrouve dans certaines versions ne viendrait pas du mythe de Faust).

S'il est une date à retenir concernant le mythe du vampire, c'est sans aucun doute 1897 et la sortie du roman de Bram Stoker "Dracula". Ce roman, n'étant pas le premier sur les vampires, entrait dans la longue tradition de romans fantastiques anglais (le courant "gothique", Frankenstein etc ...) et mettant en avant un personnage sanguinaire historique (Vlad Tepes), connut un franc succés. Ce succés ainsi que les diverses écrits sur le roman, les diverses autres versions du roman (cinéma etc ...), les autres écrits surfant sur le succés "vampire" popularisèrent encore plus qu'avant le mythe, au point d'en faire aujourd'hui, une figurine monstrueuse incontournable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Lemaire
Admin
avatar

Nombre de messages : 1675
Age : 53
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Mille et un vampires   Ven 10 Oct - 12:51

Allez, un peu d' écriture pour me dégourdir les doigts en plein encrage de planche :

J' ai bien entendu connaissance des théories que tu relates Kim et d' ailleurs, je pense qu' on peut en rajouter bien d' autres si on considère comme "vampires" tout un tas de monstres plus ou moins imaginaires aux quatre coins de la planète. (j' aime bien les légendes des indiens Maya à ce sujet par exemple)
Avec un tant soit peu d' imagination (ou de clairvoyance ?... Laughing ), on trouvera même des vampires dans la bible.
Je ne t' apprendrais bien sûr pas que certains médecins ont trouvé l' explication du "phénomène" : une simple maladie !...

Je vais donc essayer de te faire part de mon approche de la "chose", de quelques recherches effectuées ou de quelques trouvailles sur le sujet.

J' ai tout d' abord été mis très jeune au courant de l' existence de ces sangsues : la faute à Dame Nature qui m' avait octroyé une paire de canines quelques peu démesurées... je n' eu donc pas à attendre d' avoir l' âge d' aller au cinéma pour entendre la première fois le terme de "vampire"... Laughing . Cette particularité physique commune entraina donc chez moi un intérêt nouveau pour ces monstres de carnaval et je passais mon adolescence à m' abreuver de littérature spécialisée (Dracula bien sûr, mais aussi Carmilla de Le Fanu, La morte amoureuse de Gauthier, Salem de King, Saberhagen et Kalogridis un peu plus tard, etc...) et bien sûr, l' inévitable cinéma... (je ne citerais que le trio qui m' a le plus marqué : les 2 Nosferatu -Murnau & Herzog- et... Le Bal des Vampires !... ben oui...).

Par la suite, on fouillant à droite et à gauche (et fallait du courage, y' avait pas encore internet à l' époque !!! Laughing ), je me suis aperçu que Stoker avait utilisé des lieux existants dans son roman (qui reste pour moi le meilleur du genre). Ma curiosité m' amena à apprendre que Carfax existait bel et bien, et surtout ce fameux cimetière d' Highgate... La légende rapporte qu' un vampire y aurait été ramené de Turquie (un soldat attaqué par une "créature" en Europe de l' Est à priori). Alors après, que penser des faits qui se sont produits dans ce cimetière, notamment dans les années 1970 ? Mise en scène de fans de Stoker ? Why not ?... Mais ils furent nombreux à marcher dans la combine quand même et c' est bizarre ce prêtre qui a l' air de vraiment croire à ce qu' il raconte...

A partir de là, je me suis dit que puisque Stoker s' était servi de lieux existants pour les scènes en Angleterre, il n' y avait pas de raisons qu' il n' en ai pas fait autant pour les scènes en Roumanie. Avec l' aide de ce Arminius Vambéry de l' université de Budapest, c' était du domaine du jouable, même à l' époque je pense. J' ai donc cherché par là aussi mais là, beaucoup plus délicat de trouver des informations... Même sur le net aujourd' hui d' ailleurs où il faut commencer par éviter toutes les pistes qui conduisent au château de Bran, le haut lieu du Dracula Tourism Tour !!! Laughing
J' ai donc fait la seule chose qui était à ma portée : questionner un ami roumain vivant en France. J' appris ainsi (je passe les détails là, ce serait trop long...) :
- que mon pote croyait réellement au "strigoi" !... (terme le plus employé en Roumanie pour qualifier les "vampires")
- que le strigoi roumain est plus assimilable à une sorte de fantôme qu' à un être de chair
- mais qu' il y a quand même un truc pas net avec cette histoire d' absorber du sang !...

Un hazard de l' existence m' ayant amené il y a quelques semaines à jouer les chauffeurs de camping-car pour un périple dans les Carpates, je me suis permis de détourner quelque peu ce voyage vers le col de Borgo et j' ai ainsi pu augmenter le nombre de mes "découvertes". J' avais lu sur un blog ou un site que le col de Borgo n' avait rien à voir avec la description qu' en faisait Stoker. Pas d' accord... Ca n' a rien à voir avec les images véhiculées par le cinéma ! (même les Nosferatu, quoique celui de 1922 s' en rapproche un peu quand même). Pas de falaises escarpées, certes, les Carpates sont une chaîne volcanique presque entièrement recouverte de sapins. Mais des précipices, oui, puisque la route (qu' on appellerait un sentier en France) serpente au bord d' à-pics vertigineux, de plus, cette immensité de sapins confère une ambiance réellement sinistre et inquiétante aux lieux en assombrissant tout le paysage (magnifique par ailleurs). Bref, pour ma part, j' ai bien "retrouvé" les lieux décrits par Stoker. Alors bien sûr, pas de château, les roumains sont catégoriques à ce sujet ! Et pourtant, je t' invite à aller jeter un coup d' oeil sur mon topic "pas de ruines de château près du col de Borgo ?"... Wink

Voilà donc résumées quelques recherches sur le mythe du vampire (de Dracula plus particulièrement là), j' aborderai d' autres aspects une prochaine fois car ma planche ne s' est guère assombrie pendant que je tapais ces quelques lignes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Philippe Lemaire
Admin
avatar

Nombre de messages : 1675
Age : 53
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Mille et un vampires   Sam 11 Oct - 11:15

Encore quelques lignes avant d' aller encrer un nazaréen sur une croix de bois...

Après l' énoncé de ces quelques recherches qui pourraient me faire passer pour un "chasseur de vampires", je vais tâcher de définir ma position par rapport aux différentes explications du "phénomène".
Tout d' abord, je précise que je ne crois pas aux vampires... du moins à ceux qui peuplent nos écrans de cinéma. Cependant, une longue pratique du spiritisme m' a quelque peu ouvert les yeux sur certains phénomènes dits paranormaux et j' ai pleinement conscience que pas mal de choses échappent à nos sens, à notre contrôle bien sûr, et même à notre raison. L' existence d' âmes torturées (pour employer un terme bien catholique... Laughing ) ne fait aucun doute pour moi, il y en a qui n' attendent d' ailleurs pas d' être morts pour commencer à contempler leur oeuvre avec effroi, et j' imaginerais assez bien le vampire dans cette situation. Un non-mort quoi, à l' image des croyances populaires de l' Europe de l' est : plus de ce monde mais ayant du mal à se frayer un chemin vers l' autre...
Quelque part, ça le "ramène" au rang de simple fantôme mais quand on voit la diversité existante chez les humains incarnés, qui dit qu' il n' y ait pas mille et une façons d' être un fantôme (pour reprendre ton titre... Wink ) ?
Alors bien sûr, la légende nous transmet dans le cas du vampire tout un tas de particularités qui font de lui un fantôme bien singulier ! Hormis cette fâcheuse tendance à vouloir s' approprier le sang des vivants, on aurait affaire à un "revenant de corps"... un cadavre qui se retrouverait animé de nouveau quoi... Là, j' avoue que malgré quelques expériences spirites parfois troublantes quant à ce qui est ou ce qui n' est pas, la pilule est quand même dure à avaler !... Laughing
Maintenant, ne cherche-t-on pas à vouloir prendre trop systématiquement les choses au pied de la lettre ? C' est une mauvaise manie humaine bien connue ! On se rappelle que le Christ a parlé de résurrection et on imagine aussitôt tous les défunts ressortir de leurs tombes, oubliant ces autres paroles du même Jésus : "vous devez mourir et renaitre encore, ne sois pas surpris de celà". Il est bien question de résurrection dans les deux cas, mais ce n' est pas la formulation la plus explicite qui a été retenue... j' ai d' ailleurs du attendre de lire le Livre des esprits de Kardec pour tomber sur cette parole du Christ, ayant toujours eu la flemme de parcourir la bible entière...
Bref, toutes les particularités de notre vampire ne seraient-elles pas que des symboles pris trop près de la lettre ?
- il suce le sang ? le sang ne serait-il pas ici le symbole de la force vitale ?...
- il ne se reflète pas dans les miroirs ? mais est-ce bien son corps ou son spectre qui se tient devant le miroir ?
- il ne peut entrer dans une demeure sans y avoir été invité : aucun esprit "malin" à ma connaissance ne peut s' imposer à un autre sans son consentement...
etc.. etc...
Bien évidemment, ces quelques lignes ne déboucheront pas sur une définition en bonne et dûe forme du vampire, il ne s' agit que d' impressions personnelles, mais elles étaient peut-être à préciser avant que je ne termine d' exposer ma conception du vampire par la dernière partie : quoi faire de cette vilaine bête en bd ou en littérature ?...
La prochaine fois...

(bizarre que Fern ne soit pas encore venu pointer le bout de son nez dans ce topic... Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Philippe Lemaire
Admin
avatar

Nombre de messages : 1675
Age : 53
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Mille et un vampires   Dim 12 Oct - 10:23

J' en arrive donc à l' utilisation de ces vilains pas beaux fortement caninés en bd (et littérature of course).
Le premier obstacle qu' on rencontrera souvent à vouloir écrire sur les vampires est ce cortège de "manifestants" qui hurlent qu' il y en a assez, que tout a été dit, écrit, filmé et qu' on a aucune imagination si on a choisi ce sujet archi-rabaché. J' ai d' ailleurs eu bien du mal à trouver un scénariste qui accepte d' écrire sur les vampires...
J' avoue ne pas comprendre cette réticence. Pour moi, c' est comme si on disait qu' il y a eu assez d' oeuvres policières, d' aventures flibustières ou de westerns... J' estime que le vampire est un des éléments les plus riches du genre fantastique, je ne pense pas que Stoker et cie ont fait le tour de la question, je pense qu' ils ont seulement ouvert une voie et suis persuadé qu' ils voient d' un bon oeil aujourd' hui la "reproduction de leur progéniture". Et puis, engendrer et engendrer encore et toujours, n' est-ce pas dans la nature même du vampire ?
Par ailleurs, je connais et fréquente pas mal d' amateurs du genre et ce ne sont surtout pas eux qui vont demander à ce que ça s' arrête ! Accessoirement, ce sont aussi des acheteurs potentiels...
A mon sens, l' intérêt que présente le vampire pour un auteur réside dans le fait qu' il est extrêmement modelable, qu' on peut sans cesse redéfinir sa condition, sa nature, bref, créer son propre vampire. Les qualités dont le pare les vieilles légendes suffisent à le rendre captivant pour pas mal de gens : immortalité, "pouvoirs" divers, perception sensorielle paranormale, et surtout : ex-humain (possibilité de s' identifier à lui). A partir de là, je pense que tout auteur qui a envie de revisiter le mythe (et possède un peu de talent quand même !... Laughing ) peut faire bien plus que de simples copies des oeuvres du passé. Anne Rice est parvenue à présenter une autre approche du mythe (même si je lui reprochais d' avoir occulté les notions de Dieu/Diable qu' elle a fini par intégrer sur le tard). Fred Saberhagen, tout en prenant toujours bien soin de ne jamais contredire l' oeuvre de Stoker, est habilement parvenu à montrer les choses sous un angle différent, donnant pour ce faire la parole au seul muet du roman original : Dracula lui-même. N' est-ce pas une riche idée de prétendre que Dracula ne soit autre que Juda Iscariot comme l' a fait l' auteur du tant décrié "Dracula 2001" ?... J' arrête là car ils sont trop nombreux... Bref : y' a de la place !
Ainsi Kim, ton idée de faire de Caïn le premier vampire me semble un bon exemple du genre de direction qu' il est toujours possible de prendre pour renouveller le mythe. (l' idée a comme chacun sait été exploitée dans le jeu de rôles "La Mascarade" mais je ne juge pas ça comparable à ce qu' on peut faire en littérature ou en bd)
Reste enfin que l' amateur d' histoires de vampires est parfois très difficile à satisfaire. La comparaison avec nos "ainés" est inévitable, et souvent, chaque amateur du genre s' est fait sa petite idée sur ce que sont nos sangsues préférées et il faudra se montrer très habile si on débarque avec une idée qui va trop bouleverser les siennes !

J' arrête là mon monologue, je trouve que j' ai déjà beaucoup parlé pour un simple scribouilleur, et si à partir de là on peut échanger des avis sur la question, ce serait bien volontiers ! Je précise à toutes fins utiles que ce topic n' est pas "reservé" à Kim2 et moi !!! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Kim 2
Victime


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: Mille et un vampires   Mer 15 Oct - 0:34

Merci Tashunka,

Je tiens toutefois à préciser une chose essentielle concernant mon projet: A la base, ce n'était pas une histoire de vampires. L'histoire de vampires est venue aprés.

Je n'ai pas la même opinion que toi vis à vis des vampires.

Je ne pense pas que Bram Stoker voulait révolutionner le mythe. A son époque, le mythe du vampire n'existait pas. C'était tout au plus des croyances populaires dans une région éloignée. Stoker s'est documenté dessus car il souhaitait écrire un roman dans la veine de romans fantastiques qui se faisaient durant la même période. Aprés, qu'il aie mis une partie de sa propre histoire, de sa vie personnelle et de ses relations avec L'acteur Henry Irving; est une autre question. Stoker quand il a écrit n'avait pas conscience que son roman rencontrerait un tel succés et créerait un mythe. Le fait qu'aujourd'hui, les vampires soient un mythe tient selon moi surtout à la multitudes d'oeuvres sur des supports différents qui ont suivis aprés Dracula. Nombre d'écrivains ont écrits sur les vampires aprés (des ouvrages que l'on garde aujourd'hui ou que l'on a oublié), des cinéastes ont donné leur avis touchant avec le temps un public plus large que les romanciers (les ventes de romans et les entrées de cinéma ne sont pas comparables en terme de chiffres).

Tout cela n'a pu avoir lieu que parce que le vampire est un mythe trés riche pouvant permettre de parler de multiples sujets (de la dualité homme/animal (l'animal étant la partie non controlée du vampire), au coté non intégré dans la société en passant par nombre d'autres thémathiques comme tout ce qui touche à la religion, la mort etc ...).

S'il est un point sur lequel je ne suis pas d'accord avec toi, c'est le coté ancrage dans une société chrétienne du vampire. Souvent, il est question d'un pacte avec le diable, chose proche du mythe de Faust. Le fait qu'il y aie un diable implique qu'il y a un bien et un mal, une vision plus ou moins bipolaire de la chose. Or si on considère une société qui n'aurait pas de conception religieuse bipolaire, comment seraient perçus les vampires ? Comment seraient interprétées leurs origines dans cette société? Mettre en avant le coté pacte avec le diable revient en fin de compte à ne pas considérer le mythe comme mondial mais plus local.

Dans mon récit, je pars sur l'histoire de Caïn et Abel. L'idée est de montrer une double histoire de l'humanité. D'un coté, on a tous les évènements de la mort d'Abel qui seront perçus par la tribu d'Abel qui interprétera les faits à sa façon et exprimera ce point de vue dans la Génèse, puis la Bible-le Coran- le Talmud etc ... De l'autre, on a Caïn et ses enfants vampires qui eux écriront leur histoire et celle de l'humanité selon un autre point de vue. A la fin de mon histoire, Caïn remet en cause la situation de départ. Etaient-ils vraiment les premiers hommes comme son père et sa mère le croyaient ou y avait-il d'autres hommes ailleurs (et du coup ils n'étaient qu'une tribu parmi d'autres). A t-il été maudit par Dieu ? Par un démon ? Par un être magique du type génie ou djinn ? Aucune explication n'est donnée quand à cet acte en fin de compte et chacun est libre d'y trouver son explication. Mon histoire dans l'ensemble n'est pas un récit de vampires mais plus une réflexion sur l'humanité, l'intégration et le sentiment d'intégration à une société, l'immortalité et l'envie de mourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Lemaire
Admin
avatar

Nombre de messages : 1675
Age : 53
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: Mille et un vampires   Jeu 16 Oct - 11:15

Il est plaisant que tu n' aies pas la même opinion que moi sur les vampires Kim2, sinon nous n' aurions que peu d' idées à échanger.

Concernant Stoker, je suis d' accord avec le fait qu' il n' avait pas conscience d' écrire ce qui allait devenir un mythe (il faudra d' ailleurs attendre la mort de Stoker pour que le succès de Dracula démarre vraiment) et ne pense pas non plus qu' il souhaitait révolutionner le mythe existant. Car le mythe existait déjà bel et bien. "Carmilla" de Shéridan le Fanu, qui a beaucoup inspiré Stoker, est antérieur à "Dracula" et présente déjà le vampire sous des aspects qui vont vite nous devenir familiers. Je ne citerai pas toutes les oeuvres de fiction antérieures à Dracula mais elles sont nombreuses. Et en dehors des oeuvres de fiction, le mythe du vampire avait une certaine place dans la société européenne comme en témoignent certains cas de vampirisme "avérés" : Peter Plogojowitz ou Arnold Paole pour ne citer qu' eux.
Ceci dit, personne n' avait écrit Dracula avant Stoker, aucune oeuvre littéraire n' avait encore atteint la portée de ce roman, et je pense qu' on peut légitimement s' interroger quant au pourquoi du succès de Dracula.
Stoker s' est beaucoup documenté comme tu le soulignes, et en nous documentant nous-mêmes sur Stoker aujourd' hui, on peut apprendre que sa passion pour le fantastique dépassait sûrement le cadre de la littérature. Hormis le fait qu' il était membre de la Golden Dawn, on peut par exemple apprendre qu' il réussit à convaincre son ami le peintre Rosetti d' aller exhumer son épouse Elizabeth Sidal au cimetière d' Highgate... comme de bien entendu, ils la retrouvèrent intacte, le rose aux joues, après 7 années d' inhumation... Un auteur convaincu de certaines choses tout de même, non ?
Je ne reviendrais pas sur l' étrangeté qui entoure aujourd' hui encore les lieux "choisis" par Stoker pour mettre en scène son vampire, je préciserais juste que d' après le révérend Lord Manchester qui avait pratiqué un exorcisme au cimetière d' Highgate sur un présumé vampire, Stoker s' est servi d' une légende existante pour écrire son Dracula : celle affirmant qu' un cercueil contenant un vampire et provenant de Turquie avait été inhumé dans ce même cimetière.
Il y a trop d' étrangeté, de similitudes bizarres avec des faits plus ou moins avérés, autour de ce roman pour que ça échappe à un "chercheur" quelque peu besogneux. C' est à mon avis une des clefs du succès de Dracula. Pour moi, y' a anguille sous roche comme on dit... Qu' a donc raconté ce fameux Arminius Vambéry à Stoker ? Je cherche encore...

En ce qui concerne le côté diabolique du vampire, je pense que tu as raison de chercher à sortir de ce fait établi. Anne Rice avait déjà commencé avant... de faire marche arrière !... (Memnoch le Démon), mais la piste me semble intéressante à creuser. Comme tu dis, le vampire est un mythe très riche pouvant être appréhendé de multiples façons, alors pourquoi pas occulter effectivement la part du Grand Vilain Satan dans tout ça ?... Pour moi, quand on étudie le vampire, c' est l' homme qu' on étudie. Le vampire peut prendre l' aspect d' une caricature diabolique ou faire l' objet d' une étude ou réflexion sur l' humanité comme tu sembles vouloir le faire avec ton projet ; c' est à chaque auteur de determiner la façon dont il fera passer son message je pense, et de choisir l' univers dans lequel il souhaite mettre en scène ses "héros". Dans la cas bien spécifique de la bd, on est souvent deux en plus,et il faut commencer par se mettre d' accords ! Ainsi, "Radu" n' est pas mon vampire mais le produit des imaginations concertées de Philippe Ward et Philippe lemaire...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mille et un vampires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mille et un vampires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mille et une nuits aux comores
» Générateurs de pseudo: vampires, elfiques, etc...
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» Les films de Vampires d'hier à aujourd'hui
» [85] Mille Stock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philippe Lemaire Forum :: SALONS / SHOW ROOM :: LE MYTHE DU VAMPIRE / THE VAMPIRE MYTH-
Sauter vers: